RUBIKA

Guide des métiers - Animation

Animateur 3D

© Cell (RUBIKA Animation 2020)

© Agape (RUBIKA Animation 2020)

© Latitude du Printemps (RUBIKA 2020)

Description du métier

L’animateur 3D intervient sur des films d’animation ou des publicités faisant appel à des images de synthèses. Son rôle est de mettre en mouvement les personnages et objets qui constituent les « assets » du film d’animation. Il travaille aussi bien sur les expressions du visage que les mouvements du corps. À partir d’un « squelette », il va indiquer les positions de départ, les trajectoires et les positions d’arrivée de points d’articulation, pour créer des séquences animées. Dans la chaîne de production d’un film d’animation, l’Animateur 3D intervient après le Modeleur 3D avec lequel il travaille étroitement.

L’Animateur 3D possède un grand sens de l’observation et maîtrise les logiciels 3D (3ds Max, Maya…) ainsi que les logiciels d’animation (MotionBuilder, Character Studio…). Ses connaissances en physique et en anatomie sont des atouts majeurs, de même que sa patience et sa minutie.

On estime le salaire d’un Animateur 3D en sortie d’études à 2000€ brut par mois, mais cela peut varier grandement en fonction de l’employeur, de l’expérience et du lieu d’exercice.

Salaire à la sortie: 2 000 € / mois

Compétences attendues :

  • Maîtrise de logiciels 3D
  • Sens de l’observation
  • Rigueur / Minutie
  • Aptitudes au travail d’équipe

Formation conseillée pour devenir Animateur 3D :

AUDREY MILLE (PROMOTION 2016)
ANIMATRICE 3D, ILLUMINATION MAC GUF

💬 L’INTERVIEW MÉTIER :

AUDREY MILLE, ANIMATRICE 3D (ILLUMINATION MAC GUF)

EN QUOI CONSISTE TON MÉTIER, QUELLES SONT TES PRINCIPALES MISSIONS ? 

Je suis animatrice 3D. Ce métier consiste principalement, comme son nom l’indique, à animer et donner de la vie à des éléments, afin de transmettre un message et/ou raconter une histoire. Je suis les indications du lead, du directeur d’animation, ou même parfois directement du réalisateur. La plupart du temps, on travaille au plan, il faut donc s’assurer de la continuité narrative, afin de conserver le rythme général de la séquence et éviter les faux-raccords. J’anime principalement des personnages. A partir d’un scénario donné, d’un story board ou d’une animatique, je vais faire faire au personnage une action, en m’assurant qu’elle colle le plus possible au caractère du personnage et à ce que raconte le plan. On distingue deux types d’animation. Le premier s’appelle la body mechanic. C’est une animation où on va se focaliser principalement sur l’action pure et les mouvements du corps, en faisant particulièrement attention au poids, au rythme, à l’équilibre du corps. L’autre type d’animation s’appelle l’acting. Là, on va plus se focaliser sur l’attitude du personnage, ce qu’il transmet comme émotion à travers ses posing et ses expressions faciales.
Outre les personnages, je peux aussi avoir à animer des accessoires, des éléments de décors ou des éléments abstraits, selon les types de projets.

QUELS ÉQUIPEMENTS, LOGICIELS, MATÉRIELS UTILISES-TU AU QUOTIDIEN ?

J’utilise principalement Maya et 3Ds Max.

QUELLES SONT LES ÉVOLUTIONS POSSIBLES ?

En tant qu’animateur, on a la possibilité en acquérant de l’expérience de devenir lead, c’est à dire de superviser une équipe d’animateurs, de veiller à la qualité d’animation et à ce que les animations soient bien fidèles à la volonté du réalisateur. Sur les plus grosses productions, on peut aussi devenir directeur/trice d’animation. Celui-ci, en accord avec le réalisateur, est chargé de définir le style d’animation du projet et de superviser et briefer les lead et les équipes d’animateurs.

QUELS CONSEILS DONNERAIS-TU À UN(E) ÉTUDIANT(E) QUI SE DESTINE AU MÉTIER D’ANIMATEUR(TRICE) 3D ?

Le métier d’animateur nécessite d’être observateur, afin de créer des animations crédibles et compréhensibles. Analyser les mouvements, que ce soit dans la vie de tous les jours, dans des vidéos, ou dans des livres d’animation, permet d’aiguiser son œil d’animateur.
Je conseillerai bien évidemment de se nourrir au maximum de films d’animation, de toute sorte, anciens et récents. Et pas seulement les films d’animation, mais tous les genres de film, afin d’élargir sa culture, y trouver de l’inspiration, des références, apprendre des plus grands, faire travailler sa sensibilité.
Il faut être curieux, s’intéresser aux différents arts, différents médias, être ouvert aux autres cultures.
Prendre des cours de théâtre peut être une bonne méthode pour travailler l’acting, les attitudes, apprendre à être juste dans ses intentions. Et cela peut être très utile car on est parfois amené à se filmer pour faire des vidéos de références.
Enfin, je conseillerai d’être persévérant, d’oser tester des choses. Animer peut être frustrant lorsque l’on n’arrive pas à un résultat à la hauteur de nos attentes, mais c’est en faisant qu’on apprend. Donc ne pas hésiter à faire des projets personnels et demander des conseils aux plus expérimentés ! Et garder confiance en soi quoi qu’il arrive !