global $post;
RUBIKA
Menu

Actualités

La semaine intensive sur le thème de la sculpture est un incontournable pour les première année en animation de Supinfocom RUBIKA. L’exercice leur permet d’appréhender les volumes pour, par la suite, appliquer la technique à l’animation numérique. La sculpture représente la base de la modélisation 3D. Même si le digital est maintenant un incontournable, il reste important d’acquérir des compétences manuelles pour les étudiants. Nous avons recueilli le témoignage de deux élèves, Isabelle et Ariane, qui nous exposent leur ressenti sur les apprentissages fournis par l’école.

Isabelle Cotte, étudiante en première année d’animation à RUBIKA Valenciennes

 

Comment as-tu connu l’école ?

Je me suis documentée sur les école d’animation 3D, je suis tombée sur RUBIKA qui était bien classée.

 

Pourquoi avoir choisi RUBIKA ? Qu’attends-tu de l’école ?

Parce que je voulais faire de la 3D, travailler les volumes et me tourner vers les nouvelles technologies.

J’attend de l’école de la diversité. Je n’ai pas de préférence pour les matières, j’aime toucher à plusieurs domaines. Même si on ne peut pas être bon partout, c’est important d’être ouvert à tout.

 

Pourquoi t’es-tu tournée vers l’animation ? As-tu un projet professionnel ?

C’est un domaine qui est en constante évolution et qui avance avec son temps. Ça permet aux gens de voir des choses, de découvrir et de rêver. C’est le côté curieux de l’animation que j’aime.

Pour mon projet professionnel, j’aimerais bien me tourner vers la direction artistique ou la pré production, donc plutôt dans la recherche d’univers et de personnages.

 

Que penses-tu des exercices proposés en général ?

Je trouve ça bien construit. L’école est à l’écoute des étudiants. On peut faire remonter les aspects positifs et négatifs qui serviront à améliorer la filière l’année suivante. De manière générale c’est bien équilibré. J’aimerais peut-être plus de dessins pratiques.

 

Que trouves-tu intéressant dans l’exercice de sculpture ?

La compréhension des volumes. Ça permet aux personnages que l’on dessine en 2D à la base de prendre vie.

 

En quoi consistait l’exercice d’aujourd’hui et quelle est ton idée ?

L’exercice d’aujourd’hui consiste à créer un personnage de toute pièce pour l’intégrer à un univers déjà existant. J’ai décidé de créer un monstre de la mythologie japonaise intégré dans le Voyage de Chihiro de Miyazaki.

 

Rencontres-tu des difficultés avec cet exercice ?

Oui et heureusement, car je pense que si on n’est pas confronté à des difficultés on ne peut pas apprendre et on s’ennuierait pas mal. C’est sûr que la glaise ce n’est pas évident à manipuler, qu’on appréhende pas toujours bien les volumes… C’est un peu dur de tout mettre en place, mais quand on voit tout ça se construire, au final, c’est super intéressant.

 

Ariane Krief, étudiante en première année d’animation à RUBIKA Valenciennes

 

Comment as-tu connu l’école ?

J’ai connu l’école grâce aux classement sur internet. J’ai également été aux portes ouvertes par la suite.

 

Pourquoi avoir choisi RUBIKA ? Qu’attends-tu de l’école en terme d’animation ?

Elle était bien placée dans les classements. Je souhaite qu’elle m’apprenne le métier, qu’elle me permette de trouver du boulot et de gagner ma vie en faisant ce que j’aime.

 

Pourquoi t’es-tu tournée vers l’animation ?

Ça fait à peine un an que je sais que je veux faire de l’animation. Le dessin a toujours été une passion mais je ne voyais pas ça comme une voie professionnelle. On est très peu au courant des métiers de l’animation jusqu’aux études. Cette année, je découvre à quel point c’est varié.

 

Que penses-tu des exercices proposés en général ?

C’est intéressant et ça nous forme en métier, surtout les exercices vraiment spécialisés dans l’animation. Le tronc commun nous apporte d’autres choses même si c’est moins tourné vers notre spécialité.

 

Que trouves-tu intéressant dans l’exercice de sculpture ?

Ça nous aide à avoir une connaissance des volumes qui peut être utile pour l’utilisation de logiciels par la suite.

 

Quelle est ton idée pour l’exercice d’aujourd’hui ?

J’ai décidé de mixer Evangelion et Pompoko, deux classiques de l’animation japonaise.

 

Articles récents