global $post;
RUBIKA
Menu

Actualités

Jean-Thomas Mayer (ISD 2016) dévoile un concept de moto électrique BMW

Comment moderniser un produit tel que le flat-twin Boxer, l’emblématique moteur de moto signé BMW Motorrad sans que l’esprit en soit altéré ? Réponse avec la Vision DC Roadster, un concept de moto électrique designé par Jean-Thomas Mayer, diplômé de l’ISD RUBIKA en 2016.

Article publié dans Les Numériques par Erick Fontaine :

Il y a peu, BMW esquissait sa vision du futur, forcément électrique, à travers son projet Vision Next. Parmi les concepts-cars présentés, on trouvait évidemment une moto. Créateur du fameux flat-twin Boxer — en place depuis 90 ans —, toute la question était de savoir comment BMW allait pouvoir marier technologie et héritage. Sa réponse, la Vision DC Roadster, une moto 100 % électrique utilisant en grande partie du carbone et de l’aluminium pour réduire le poids à son minimum et augmenter les performances.

Pour remplacer le fameux flat-twin Boxer, signature de la marque, une batterie ornée de nervures montée en position verticale et orientée longitudinalement. Quant au « petit » moteur électrique de forme cylindrique relié directement à l’arbre de transmission passant dans le bras oscillant monobras, il trouve sa place sous ladite batterie. Le refroidissement se fait par le biais de deux éléments  — composés de nervures et de ventilateurs — dépassant de part et d’autre du carénage, reproduisant ainsi le moteur flat-twin Boxer de la BMW R 32 conçue en 1923.

 

À la place du réservoir (devenu obsolète), on trouve un châssis tubulaire qui recouvre l’ensemble de la moto et qui comprend une selle auto-portée se finissant par un feu arrière composé de leds en forme de C.

À l’avant, un phare led plat au design minimaliste en forme de U accompagné de deux lentilles Led situées de chaque côté ; l’ensemble faisant office de feux de croisement et de route. Cet ensemble est monté sur une fourche Duolever, une technologie chère à BMW.

Le guidon comporte les deux habituels leviers qui en temps normal servent à freiner et à embrayer. Ici, moto électrique oblige, ils sont tous deux dédiés au freinage. Le frein arrière étant actionné, non plus avec le pied droit, mais depuis le levier gauche.

Quant aux pneumatiques signés Metzeler, leurs flancs intègrent des sortes de catadioptres  — cinq chacun —  fluorescents de la taille d’un timbre-poste. Au-delà de l’aspect design, ils participent à donner plus de visibilité, notamment de nuit.

Quant à la capacité de la batterie et à la puissance du moteur électrique, c’est le silence radio. On pourrait très bien imaginer un module de batterie dérivé de l’i3, la citadine électrique de BMW. Le scooter électrique C Evolution en étant le parfait exemple.

Articles récents