global $post;
RUBIKA
Menu

Actualités

ADMI – RUBIKA, LES PIXELS MADE IN KENYA

Nous vous en parlions il y a quelques semaines, un partenariat entre Africa Digital Media Institute (ADMI) de Nairobi et RUBIKA offrira bientôt de nouvelles opportunités dans la formation en animation et jeu vidéo. Soutenu par AFD – Agence Française de Développement, ce partenariat développe et renforce le rôle incontournable de l’Afrique dans ce secteur. Découvrez ci-dessous l’article de l’AFD à ce sujet. 

Neuf heures du matin, au cœur du centre des affaires de Nairobi. 500 étudiants venus de toute l’Afrique de l’Est vont et viennent dans les locaux de l’Africa Digital Media Institute (ADMI). Anciennement connue sous le nom de Jamhuri, le swahili pour « indépendance », cette école a été créée en 2012 pour doter les jeunes créateurs de savoir-faire de haut niveau dans les arts visuels, et leur ouvrir ainsi les portes d’un marché international. 

Aujourd’hui, l’ADMI s’associe à l’école française d’animation Rubika et à l’AFD pour ouvrir deux cursus de classe mondiale dans les métiers de la création : une formation intensive de six mois en animation 2D et une Licence en design et développement de jeux vidéo. Le financement – une subvention de 800 000 euros – permettra un échange d’expertises entre les deux écoles et la mise à disposition des plus récents équipements et logiciels qui permettront aux élèves d’acquérir les compétences nécessaires.

 

kenya-nairobi-jeux-video-bleu

Le partenariat entre l’École des Talents de la Création Numérique (Rubika) et l’ADMI de Nairobi soutenu par l’AFD vise à renforcer les compétences des industries de l’animation et du jeu en Afrique de l’Est.

 

Le duo de choc  ADMI – Rubika veut devenir un hit. L’équipe conjointe constituée par les deux partenaires est en train de développer un modèle d’apprentissage mixte innovant qui s’appuie sur le contenu en ligne de l’école française et les facilitateurs locaux pour proposer le Diplôme de jeu vidéo Rubika et un Certificat d’animation 2D en Afrique de l’Est. L’ADMI travaille ainsi avec Rubika depuis janvier 2019 pour définir les modalités de collaboration et harmoniser son curriculum avec l’école française.

Grâce à cette collaboration, l’ADMI poursuit sa stratégie de croissance dans l’industrie de l’animation en offrant des diplômes de niveau mondial, tandis que Rubika actualise son objectif consistant à établir une présence en Afrique subsaharienne, tout en promouvant le talent créatif numérique dans le monde entier.

Les deux écoles proposent de joindre leurs forces pour offrir deux programmes :

  • Un Certificat d’un an en animation 2D, soit le premier programme intensif dédié uniquement à la 2D chez ADMI.
  • La déclinaison du programme de Licence de Rubika en développement d’application et jeu vidéo, grâce à une formation intensive de deux ans et demi suivie d’un programme d’apprentissage en troisième année. L’ADMI s’attachera à renforcer les capacités de son actuel cursus de Diplôme (deux ans) pour le fondre dans le programme de Licence de Rubika.  

Le campus d’ADMI sera par ailleurs élargi pour accueillir quatre laboratoires de design supplémentaires. Ces laboratoires seront des espaces de coworking équipés des derniers équipements et logiciels de création. Autre nouveauté : chaque étudiant sera doté de sa propre station de travail pendant toute la durée de la formation.

 

Connectés à travers le monde 

 

Pour gérer au mieux la distance entre les deux écoles, un format d’apprentissage mixte novateur est envisagé. Rubika désignerait ainsi un professeur basé à Valenciennes pour diriger le programme soutenu par les professeurs et les mentors de l’ADMI. Les étudiants de l’ADMI, à leur tour, auraient accès aux travaux de Rubika en ligne, mais travailleraient avec des animateurs locaux pour mener à bien leurs projets. 

L’articulation des crédits sera un objectif essentiel pour les deux parties afin de permettre aux étudiants et au corps professoral de Rubika de passer en douceur de ses campus français mais aussi canadien et indien à Nairobi, et vice versa. Une autre préoccupation sera l’inclusion des jeunes femmes dans des filières encore très masculines. L’accessibilité financière sera également une considération centrale, à la fois en garantissant des prix localement compétitifs pour les cours de base et en établissant un programme de bourses pour des étudiants talentueux chaque année. Ce sera, ensuite, à eux de jouer. 

 

SOURCE :